PARTAGER

Max Gallo n’est plus. Le célèbre historien, romancier, essayiste et ancien homme politique nous a quittés ce mercredi 19 juillet à l’âge de 85 ans. Il souffrait depuis plusieurs années de la maladie de Parkinson qu’il avait dévoilé.

Au printemps dernier, sa femme Marielle Gallet avait publié un livre Bella Ciao, dans lequel elle racontait leur combat quotidien, souhaitant “se pencher sur notre comportement et notre psychologie face à la maladie”.

Max Gallo avait  été élu membre de l’Académie française le 31 mai 2007. Il restera dans l’histoire pour ses nombreuses biographes de personnages historiques de Robespierre, Garibaldi, Jaurès, Victor Hugo, Napoléon Bonaparte au Général de Gaulle, son héros.

François Hollande avait eu cette formule : “Max Gallo est un “homme d’hommes plus qu’un homme d’idées. En littérature, il se cherche des héros. Dans la politique, il est attiré par des personnages”

Max Gallo avait été élu député en 1981 puis nommé secrétaire d’État Porte-parole du gouvernement en 1983. Son chef de cabinet s’appelait alors François Hollande. Il démissionnera un an plus tard pour se consacrer à ses travaux et à son mandat d’eurodéputé.

Il s’était prononcé pour le “non” lors du référendum sur la constitution européenne en 2005 et il avait appelé à voter Nicolas Sarkozy en 2007.

Les réactions sont nombreuses. Le président Emmanuel Macron a tweeté : “Mes pensées vont aux proches de Max Gallo, homme d’engagement, dont les passions furent la littérature, l’Histoire et la France.”

On notera aussi cette belle réaction de Nicolas Sarkozy : “L’immortalité, c’est le souvenir laissé dans la mémoire des hommes”. Le souvenir de l’immortel Max Gallo restera dans nos mémoires. – NS”

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom