PARTAGER

Voici le deuxième couac !

Il est porte sur le sujet de la CGS !

Emmanuel Macron affirme que la hausse de la CGS sera compensée “en même temps” par la suppression de la taxe d’habitation. Sauf que ces mesures ne seront pas déployées aussi rapidement qu’annoncé.

“Ce que j’ai demandé c’est qu’on fasse l’évolution de la CSG en même temps que la baisse de la taxe d’habitation pour que vous ne perdiez pas de pouvoir d’achat.”

Seul hic, la hausse de la CSG sera bien entreprise, comme prévu dès le 1er janvier 2018, compensée pour la plupart des actifs (mais pas pour les retraités) par une baisse des cotisations sociales. En revanche pour la taxe d’habitation ne sera supprimée durant le quinquennat.

Bruno Le Maire n’envisage pas sa mise en oeuvre en 2019.

Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner : “Nous arrêterons avant la fin de cette année tout le dispositif de baisses d’impôts pour que l’essentiel entre en vigueur dès 2018 et dès 2019. Dans les quinze jours on dira où nous faisons des économies. Rien ne sera sanctuarisé même s’il y a des priorités. Dans la mandature, il faut renforcer les effectifs de police et de gendarmerie par exemple. Mais là, immédiatement, il y a une urgence. Il faut trouver 5 milliards d’euros sinon notre dépense publique va dans le mur. Pour éviter cela, nous souhaitons que tous les ministères travaillent à une revue de projet”.

Le premier Ministre, Edouard Philippe a présenté son programme lors de sa déclaration de politique générale à l’Assemblée, aujourd’hui mardi 4 juillet.

Édouard Philippe a bien confirmé l’augmentation, dès 2018, de l’allocation adulte handicapé et du minimum vieillesse ou des mesures dans les prochaines semaines pour le congé parental.

On notera que la suppression de la taxe d’habitation qui était la mesure phare pour redonner du pouvoir d’achat est reportée alors que la hausse de la CSG entrera bien en vigueur dès l’an prochain.

Le gouvernement doit faire face à un trou de 8 milliards d’euros rien que pour l’année 2017. Plusieurs promesses emblématiques du chef de l’Etat, touchant notamment au pouvoir d’achat des ménages ont ainsi comme par hasard été reportées…

Le CICE ne serait transformé en allègement de charges qu’à partir du 1er janvier 2019, soit un an plus tard que prévu.

Avec 370 voix pour Edouard Philippe sait qu’il est soutenu dans les mois à venir. Avec seulement 67 voix contre, Édouard Philippe a obtenu une large abstention du groupe Les Républicains. Seulement 23 ont voté contre.

“Nous dansons sur un volcan qui gronde de plus en plus fort. Si nous voulons financer nos priorités, et ne pas continuer à paupériser l’Etat, nous devrons choisir et remettre en cause certaines missions : faire bien ce que nous devons faire ; arrêter de faire ce que d’autres font mieux que nous (…) Partout nous chasserons la dépense inefficace et le saupoudrage de crédits. Nous devons faire baisser la dépense publique de trois points de PIB sur cinq ans”.

Voici les autres grandes mesures annoncées :

D’ici la fin du quinquennat, tous les Français auront accès à des offres sans aucun reste à charge pour lunettes, soins dentaires et prothèses auditives. au remboursement intégral pour les lunettes, les soins auditifs.
Le prix du paquet de cigarettes sera progressivement porté à 10 euros.
Nous revaloriserons dès 2018 l’allocation adulte et le minimum vieillesse. Nous renforcerons notre lutte contre la pauvreté, particulièrement dans les familles avec des enfants. La ministre de la Santé et des solidarités présentera des mesures améliorant le congé maternité. L’inclusion des personnes en situation de handicap sera une des priorités du quinquennat.
Nous engagerons les réformes sur la taxe d’habitation qui doit contribuer d’ici la fin du quinquennat à rendre du pouvoir d’achat à l’immense majorité de nos concitoyens
Le Président de la République nous a demandé de préparer la sortie de l’état d’urgence au plus tard le 1er novembre prochain, avec un projet de loi renforçant l’efficacité de notre arsenal législatif contre le terrorisme, sous le contrôle rigoureux du juge
Quant au Baccalauréat, nous le ferons profondément évoluer. Une concertation sera lancée dès la rentrée prochaine, pour resserrer les épreuves finales autour d’un plus petit nombre de matières et définir ce qui relève du contrôle continu.
Notre jeunesse a soif de cause.(…) La jeunesse veut s’élever. Le front aujourd’hui est social, environnemental et mondial. Il appelle la mobilisation de la jeunesse pour construire, partager. Préparer nos enfants à ce monde qui vient, à cette France que nous voulons grande et belle.
Il y aura l’accès au très haut débit au plus tard en 2022 partout en France
La suppression des cotisations des salariés financé par un transfert de la CSG redonnera du pouvoir d’achat, dès 2018, à plus de 20 millions d’actifs. Cela représente 250 euros par an au niveau du smic. Nous augmentons la prime d’activité car le message aux Français est clair : le travail doit payer.
Soyons conquérants. L’évolution du monde donne toutes ses chances à la France, parce que ce nouveau monde a besoin de science et de raison, d’ordre et de loi, de technologies et de culture, de dialogue et de solidarité. Et la France, c’est tout cela.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom