PARTAGER

Il est sorti de son silence – enfin- et à la contre attaque même !

Vincent Debraize, 55 ans, maire de Champignolles dans l’Eure, qui est l’agresseur présumé de NKM place Maubert quelques jours avant le 2em tour des législatives a décidé lui aussi de porter l’affaire devant la justice ! Lui comparaîtra le 11 juillet prochain pour outrage et violence. Il sera défendu par Me Antoine Lachenaud.

“Je vais porter plainte  pour coups et blessures contre  tous les protagonistes et agresseurs verbaux”.

Et de donner sa version : ” A aucun moment, je n’ai porté un coup à Nathalie Kosciusko-Morizet, ni même eu l’intention de le faire. Je l’aborde, la salue et lui demande : “Pourquoi êtes-vous venue dans cet arrondissement ?” (…) Un homme à ses côtés devient assez agressif et je l’entends dire “celui-là, je vais lui péter la gueule. NKM a tout de même voulu échanger avec lui. Elle m’explique qu’elle est la cheffe de file de l’opposition face à Hidalgo. Je lui réponds :” Eric Zemour a raison, vous êtes vraiment une bobo de droite ».

Mais plusieurs témoins affirment que la phrase exacte était : « bobo de merde ».

« Elle s’approche de moi avec ses tracts, camoufle son visage, se penche et me dit en baissant la voix : “Dégage, connard !” » Et ce à deux reprises et avec satisfaction. Soudain, elle recule, je jette les tracts au sol, elle me regarde, et là pouf, elle tombe. Là, il y a un buzz qui va s’emballer.”

Pourquoi alors avoir pris la fuite ? “J’ai eu peur en voyant les partisans de NKM se rapprocher de moi en hurlant : « Il l’a frappée, il l’a frappée ! L’un d’entre eux a même effectué  un salut nazi au-dessus de sa tête. Un des militants LR m’a suivi dans le métro, disant au téléphone « venez vite on va l’avoir, il est là. Il s’est montré très, très agressif. Les coups pleuvent, il me frappe, j’ai la chemise déchirée, les lunettes cassées (…), je suis sous le choc.”

La justice tranchera donc.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom