PARTAGER

Manuel Valls est en marche lui aussi !

Il veut se présenter aux législatives sous l’étiquette “République en Marche !”

Comme j’invite d’ailleurs tous les députés sortants, les progressistes, ceux qui ont appelé à voter Emmanuel Macron avant le premier tour, ceux qui souhaitaient sa victoire, moi je serai candidat de la majorité présidentielle, et souhaite m’inscrire dans ce mouvement qui est le sien, la République en marche. Le Parti socialiste, c’est une histoire pour moi. J’y suis attaché. Mais ce parti est mort, pas son histoire et ses valeurs, mais il doit se dépasser. Aujourd’hui l’essentiel c’est de donner une majorité large et cohérente, sans futurs frondeurs, si vous voyez ce que je veux dire, à Emmanuel Macron pour qu’il puisse gouverner. Parlons franchement : nous nous retrouvons dans la plupart des propositions du projet qu’Emmanuel Macron porte, oui ou non ? Oui. Parce que je suis républicain, parce que je suis un homme de gauche, parce que je suis socialiste, je ne suis pas en embuscade”.

Seul hic, le porte-parole d’Emmanuel Macron, Benjamin Griveaux, a indiqué que Manuel Valls n’avait pour l’heure “pas été investi par la Commission nationale d’investiture”. “Il aurait dû déposer sa candidature comme chacun, puisque la règle est la même pour tous. Il lui reste 24 heures”.

Jean-Christophe Cambadélis, le patron des socialistes a indiqué : “Il sera «impossible» pour Manuel Valls d’avoir sa carte au PS et l’investiture de La République en Marche. Si ceux qui visent une double appartenance veulent s’affirmer contre le gouvernement alors qu’il n’est pas encore constitué, qu’ils restent au Parti socialiste. S’ils veulent faire autre chose, qu’ils le disent, mais ça ne représente que 5% du Parti socialiste. Si certains veulent partir ou se singulariser qu’ils le fassent et nous laissent travailler».

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom