PARTAGER

71 milliards d’euros !!!

Qui dit plus ?

Bernard Hamon n’a pas peur d’annoncer ce chiffre et de penser qu’il va pouvoir se faire élire en dépensant ainsi à tour de bras l’argent public.

Sur ces 71 milliards, 35 milliards seraient consacrés au  revenu universel d’existence.

Il reste donc 36 milliards qu’il veut consacrer à la sécurité, à la justice et la défense (6,9 milliards).

Un large budget, 6,7 milliards d’euros, serait consacré aussi aux dépenses de solidarité (minima sociaux, Allocation personnalisée d’autonomie, allocations franchises, allocation bien vieillir.

Autres postes :

  • les infrastructures et le logement (5,3 milliards),
  • l’enseignement et la recherche (3,8 milliards).

Benoôt Homon est confiant en sa capacité à générer de nouvelles recettes pour financer à l’euro près les grandes lignes de son programme.

Il prévoit de taxer à hauteur de cinq milliards d’euros  les super-profits des banques,  il espère récupérer onze milliards de la lutte contre l’évasion et l’optimisation fiscales. Dix milliards seraient pris sur les 40 du pacte de responsabilité et du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi.

Dépenser plus mais gérer mieux : il espère économiser cinq milliards de dépenses, dix milliards à des «coûts évités par les politiques de prévention» (santé, pollution, lutte contre les discriminations…) et 30 à l’impact pour les finances publiques des politiques macroéconomiques (+0,3 point de PIB par an).

Benoît Hamon prévoit une croissance moyenne sur le quinquennat de 1,95%, soit +0,65 point par rapport à la croissance potentielle de 1,3%.

Elle affirme pouvoir ramener à la fin du quinquennat le taux de chômage à 5,8% et un déficit public de 2,7% du PIB en 2022.

Alors Hamon président ?

 

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom