PARTAGER

Aujourd’hui, 8 mars, est la journée de la Femme.

Et à cette occasion plusieurs associations et syndicats appellent les femmes à faire grève à partir de 15h40 ! Et ce dans le but de dénoncer les inégalités salariales dont elles sont victimes.

La ministre Myriam El Khomri soutient ce mouvement comme elle le dit au HuffPost.

“C’est une initiative utile car elle nous interpelle sur une question majeure. Mon rôle, comme celui de tous les membres du gouvernement, consiste à faire progresser notre société vers plus de justice sociale. Et le combat pour l’égalité et la parité est évidemment au cœur de mon engagement. Des avancées concrètes sont incontestablement intervenues depuis 2012, afin de lutter contre les inégalités salariales, de sécuriser le parcours professionnel des femmes ou de combattre les comportements sexistes.

Les inégalités salariales se réduisent en France deux fois plus vite que dans les autres pays européens. Mais nul n’ignore le chemin qui reste à parcourir. Il faut donc entendre les attentes et même les exigences qui s’expriment, elles sont fondées, légitimes, et sont une incitation à poursuivre sans relâche un combat qui ne concerne d’ailleurs pas que les femmes car il dessine un progrès pour toute notre vie collective.

Il faut dire clairement que la France est ainsi l’un des pays les plus protecteurs d’Europe. Là où certains de nos voisins, comme par exemple l’Allemagne, ont fait le choix de lutter contre le chômage en développant le temps très partiel –leurs fameux “mini-jobs”- nous avons défendu au contraire le pouvoir d’achat et l’intégration des femmes sur le marché du travail.

Les chiffres sont clairs: encore 19% d’écart de salaire entre les femmes et les hommes, 80% des emplois à temps partiels occupés par des femmes, alors que seulement 30% des entrepreneurs sont des femmes. Le chemin est donc encore long et les marges de progrès, conséquentes. Mais l’action menée par ce gouvernement a permis de produire des effets positifs, comme ceux évoqués plus hauts. 

Nous avons veillé à renforcer sensiblement notre arsenal contre les comportements sexistes en milieu professionnel, notamment en introduisant la notion “d’agissement sexiste” dans le code du travail. Vous le voyez: le défi invite à une forme d’humilité mais aussi de détermination absolue. Car peu à peu, l’horizon de l’égalité réelle s’éclaircit. Et c’est cette perspective essentielle qui doit inlassablement nous motiver.

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom