PARTAGER

Nicolas Hulot n’a aucun regret de ne pas être candidat à la présidentielle de 2017.

Et il vient de faire quelques aveux assez étonnants sur la raison qui l’a poussée à y renoncer. Il était persuadé, en effet, qu’il serait au second tour !

“Je ne vous dis pas que j’assume bien cette décision ni que j’ai totalement digéré. Cette campagne a un caractère tellement inédit que j’ai réalisé que je pouvais me retrouver au second tour. (…) Me sentais-je à la hauteur? (…) La réponse est non. Je travaille dans l’ombre en nourrissant les candidats de nos idées pour alimenter le débat. Ce n’est pas ce qui compte. Quel que soit le ministre en place, s’il n’a pas les moyens de sa politique, ça ne sert à rien”.

Bonjour les chevilles quand même…

Il y a quelques jours, Nicolas Hulot a vivement critiqué le programme de la plupart des candidats engagés.

« Mon problème n’est pas de soutenir un candidat mais des idées et des solutions. Je salue l’émulation constructive de beaucoup de candidats sur l’écologie dont Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon. Ma neutralité restera jusqu’à l’élection présidentielle », a prévenu celui qui avait participé en 2012 à la primaire écologiste. »

Nicolas Hulot a indiqué qu’il rencontrerait bientôt François Fillon même si « on sent bien qu’il n’y a pas une sensibilité, une conviction profonde. Je regrette que la droite a si peu d’attention sur ce sujet. Mais on ne peut pas se permettre de faire une impasse, parce que qui que ce soit qui sera aux commandes du pays pendant les cinq prochaines années, on a besoin que la France garde le leadership en matière de défense de l’environnement. Certains considèrent que l’écologie est un enjeu optionnel. Je considère que l’écologie est un enjeu qui conditionne tout ce à quoi nous sommes attachés. La conversion écologique de Jean-Luc Mélenchon ne date pas d’hier. J’observe aussi qu’Emmanuel Macron égrène de jour en jour un certain nombre de mesures en faveur de l’environnement. Il faut regarder si la conversion à l’écologie est cohérente, sincère, crédible ou pas. Il y a un modèle économique qui n’est pas compatible avec les enjeux climatiques et écologiques ».

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom