PARTAGER
President of the MoDem centrist party and candidate for 2012 French presidential election Francois Bayrou speaks during a press conference on February 1, 2012, in Paris. Bayrou unveiled his propositions to shake up France's finance and to boost its production. AFP PHOTO / LIONEL BONAVENTURE

Et un candidat de plus ! François Bayrou, le président du Modem a finalement décidé de renoncer à la présidence de la République.

Il a décidé de s’allier à Emmanuel Macron.

Il a allumé tout le monde à droite comme à gauche !

François Bayrou avait été candidat à trois reprises dans la course à l’Elysée : en 2002 (où il a recueilli 6,8 % des voix), en 2007 (18,6 %) et en 2012 (9,1 %).

“Un peuple qui ne croit pas en sa vie publique est un peuple en danger !

La candidature devant les Français ou une solution inédite. J’ai reçu des messages pour que je me présente. Je les reçois comme une juste valeur. Mais nous sommes d’extrême risque. Et à cette situation exceptionnelle, il faut une réponse exceptionnelle.

Parce que le risque est immense, parce que les français sont désorientés j’ai décidé de faire à Emmanuel Macron, une offre d’alliance. Unissons nos force pour y parvenir ! Ce sera un geste d’espoir pour notre pays !”

L’enjeu de cette alliance, si elle se créée est de rendre l’espoir aux Français. Nous avons des approches différentes, la confrontation de ces visions et de ces idées apportera à la campagne électorale. Une majorité cela se construit à partir d’histoires différentes.

Je ne céderai rien sur la séparation de la politique et de l’argent. Il demande aussi que la rémunération du travail soit garantie et un changement de la vie démocratique. Je n’accepte pas que les 2/3 des citoyens n’aient aucune représentation”.

Voilà le parti que j’ai pris.”

On notera que Français Bayrou a notamment pris un malin plaisir à allumer François Fillon :

L’existence de privilèges et de dérives sont insupportables et plus choquant encore, l’acceptation tacite et presque unanime de ces abus.  Ils disent : tout le monde fait ça. (…) Ce n’est pas vrai et c’est une accusation infamante pour l’immense majorité des élus français ».

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom