PARTAGER

Marine Le Pen a sans doute bien calculé son geste en refusant de porter le voile pour rencontrer le grand mufti de Beyrouth dans la capitale libanaise, en marge de son voyage diplomatique, ce mardi.

C’était la condition qui lui avait été fixée à l’avance pour rencontrer Abdellatif Deriane dans ses bureaux d’Aïcha Bakkar.

Marine Le Pen profite donc de cet incident diplomatique bien voulu pour relancer la polémique sur le voile.

“La plus haute autorité sunnite du monde n’avait pas eu cette exigence, par conséquent je n’ai aucune raison de… Mais ce n’est pas grave, vous transmettrez au grand mufti ma considération mais je ne me voilerai pas.

Son entourage précise : “La demande lui avait été transmise hier et elle avait fait savoir qu’elle ne le ferait pas. L’invitation n’avait pas été annulée”.

Florian Philippot a aussitôt tweeté qu’il se réjouissait de  “ce magnifique message de liberté et d’émancipation envoyé aux femmes de France et du monde”.

Marine Le Pen vient de se justifier :

«J’ai envoyé un magnifique message de liberté et d’émancipation envoyé aux femmes de France et du monde entier »

Mais les réactions sont vives comme on pouvait s’y attendre !

Ainsi Raphaëlle Rémy-Leleu, porte-parole d’Osez le Féminisme fustige : “ La question n’est pas là. Ce qui s’est passé au Liban  est une vaste opération d’enfumage, une stratégie de com’ montée de toutes pièces, une scène ultra-théâtralisée. Si Marine Le Pen ne voulait pas se voiler, alors pourquoi a-t-elle pris rendez-vous avec le mufti de Beyrouth ? La défense du droit des femmes, ça n’est malheureusement pas un sketch. C’est un vrai combat pour lequel nous luttons tous les jours, et avec ce genre d’action, Marine Le Pen considère les femmes du monde entier comme des cruches. A ses yeux, nous ne sommes qu’une cagnotte électorale. On juge les gens par ce qu’ils font, sur leur programme, leurs idées. Il y a une différence entre être une femme et être une féministe. Marine Le Pen n’a jamais défendu le droit des femmes, et je pense, ne le fera jamais. Elle a beau citer Simone Veil  ou Elisabeh Badinter dans ses discours, ça ne change rien. Une personne, et, d’une manière générale, un parti qui construit ses idées autour de la haine, du rejet de l’autre ne peut pas se revendiquer féministe.”

Laisser un commentaire

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom